Environments changeants


La clé de voûte



La prise de décision est au cœur de tout ce que nous sommes et tout ce que nous faisons.



Un élément distinct

Peu importe les industries, cultures ou époques… la prise de décision agit comme clé de voûte;
assurant la stabilité ou l’instabilité des éléments s’y rattachant.


LES IMPACTS


Sur les défis

Basés sur chaque situation individuelle du client, les défis potentiels pouvant affecter leur efficacité décisionnelle sont identifiés et adressés.

Une décision unique peut rapidement devenir plus complexe et coûteuse que prévu.
+ Un processus de prise de décision minimalement structuré éclaircira la manière comment une telle décision devrait être prise.
Traité trop à la légère, des informations importantes pourraient être oubliées, affaiblissant le résultat final.
La prise de décision récurrente amène ses propres défis. Du processus incertain à la pression exercée par les pairs, différentes difficultés systémiques pourraient être la source de résultats négatifs.
+ Identifier et résoudre les défis aide toute équipe à atteindre un niveau de prise de décision plus robuste.
Ne pas résoudre les difficultés systémiques entrave l’efficacité globale.
Plus une organisation est grande et plus les tâches deviennent complexes. Au fur et à mesure que les ressources et les activités grandissent, les pratiques de gestion robustes doivent également évoluer en conséquence.
+ Une approche plus robuste de la prise de décision assure que chaque individu sait comment soutenir ou prendre des décisions, que l’ensemble de l’organisation reste agile et la participation de tous augmente.
Ne pas adapter la façon dont les décisions sont prises, réduit considérablement l’efficacité globale et la crédibilité du leadership.
Une organisation pourrait être à la recherche d’une meilleure efficacité globale afin de croitre et progresser.
+ En optimisant la clé de voûte de leur gestion, les activités quotidiennes et à long terme sont mieux gérées.
– Ne pas le faire rend les gains en efficacité plus difficile à obtenir.


LES IMPACTS


Sur les défis

Tous les types de défis, affectant votre efficacité décisionnelle, peuvent être adressés.

Une décision unique peut rapidement devenir plus complexe et coûteuse que prévu.
+ Un processus de prise de décision minimalement structuré éclaircira la manière comment une telle décision devrait être prise.
Traité trop à la légère, des informations importantes pourraient être oubliées, affaiblissant le résultat final.
La prise de décision récurrente amène ses propres défis. Du processus incertain à la pression exercée par les pairs, différentes difficultés systémiques pourraient être la source de résultats négatifs.
+ Identifier et résoudre les défis aide toute équipe à atteindre un niveau de prise de décision plus robuste.
Ne pas résoudre les difficultés systémiques entrave l’efficacité globale.
Plus une organisation est grande et plus les tâches deviennent complexes. Au fur et à mesure que les ressources et les activités grandissent, les pratiques de gestion robustes doivent également évoluer en conséquence.
+ Une approche plus robuste de la prise de décision assure que chaque individu sait comment soutenir ou prendre des décisions, que l’ensemble de l’organisation reste agile et la participation de tous augmente.
Ne pas adapter la façon dont les décisions sont prises, réduit considérablement l’efficacité globale et la crédibilité du leadership.
Une organisation pourrait être à la recherche d’une meilleure efficacité globale afin de croitre et progresser.
+ En optimisant la clé de voûte de leur gestion, les activités quotidiennes et à long terme sont mieux gérées.
– Ne pas le faire rend les gains en efficacité plus difficile à obtenir.



Sur les organisations

Influencée par la taille de l’organisation, votre prise de décision sera mise au défi par une variété de difficultés d’efficacité.

Des opérations quotidiennes aux stratégies à long terme, la prise de décision joue un rôle clé dans l’alignement des ressources sur les priorités et les meilleures pratiques à suivre.
+ L’utilisation de la même approche décisionnelle de part et d’autre d’une organisation assure une structure standardisée unilatérale.
Ne pas le faire empêche de maximiser l’efficacité.
Généralement bien structurées, les institutions établissent des règles et des pratiques afin d’optimiser leurs standards de travail.
+ En incluant la prise de décision parmi leurs meilleures pratiques, les institutions renforcent l’ensemble des outils offerts à leur force de travail.
L’absence de connaissances sur la façon de prendre ou participer aux décisions apporte une ambiguïté.
Les unités spéciales doivent travailler rapidement et efficacement pour prendre les meilleures décisions possibles.
+ Un environnement formel de prise de décision offre le bon niveau de structure afin de maximiser les efforts.
Ne pas mettre en place un tel environnement décisionnel nuit à la robustesse de toutes les décisions.
Être plus petit en taille peut faciliter la prise et mise en œuvre des décisions.
+ Une structure minimale réduit considérablement les retour-en-arrières et les dépassements de coûts potentiels.
Si négligée, la prise de décision peut rapidement devenir inefficace au fur et à mesure que le nombre de personnes et ressources augmentent.
Être le seul et unique décideur enlève la complexité de devoir traiter avec d’autres participants, mais le manque d’opinions externes peut compromettre les résultats finaux.
+ L’utilisation d’un processus décisionnel simple et certains outils clés améliore considérablement la robustesse globale.
Ne pas le faire peut amener certains dépassements de coût.

Sur les ORGANISATIONS

Chaque taille d’organisation amène ses propres difficultés d’efficacité.

Des opérations quotidiennes aux stratégies à long terme, la prise de décision joue un rôle clé dans l’alignement des ressources sur les priorités et les meilleures pratiques à suivre.
+ L’utilisation de la même approche décisionnelle de part et d’autre d’une organisation assure une structure standardisée unilatérale.
Ne pas le faire empêche de maximiser l’efficacité.
Généralement bien structurées, les institutions établissent des règles et des pratiques afin d’optimiser leurs standards de travail.
+ En incluant la prise de décision parmi leurs meilleures pratiques, les institutions renforcent l’ensemble des outils offerts à leur force de travail.
L’absence de connaissances sur la façon de prendre ou participer aux décisions apporte une ambiguïté.
Les unités spéciales doivent travailler rapidement et efficacement pour prendre les meilleures décisions possibles.
+ Un environnement formel de prise de décision offre le bon niveau de structure afin de maximiser les efforts.
Ne pas mettre en place un tel environnement décisionnel nuit à la robustesse de toutes les décisions.
Être plus petit en taille peut faciliter la prise et mise en œuvre des décisions.
+ Une structure minimale réduit considérablement les retour-en-arrières et les dépassements de coûts potentiels.
Si négligée, la prise de décision peut rapidement devenir inefficace au fur et à mesure que le nombre de personnes et ressources augmentent.
Être le seul et unique décideur enlève la complexité de devoir traiter avec d’autres participants, mais le manque d’opinions externes peut compromettre les résultats finaux.
+ L’utilisation d’un processus décisionnel simple et certains outils clés améliore considérablement la robustesse globale.
Ne pas le faire peut amener certains dépassements de coût.

Sur les décisions

Qu’elle soit instantanée ou complexe, les mêmes principes régissent toute prise de décision robuste. Votre environnement devrait ainsi inclure la bonne structure pour une efficacité récurrente.

Une prise de décision rapide ne devrait pas être uniquement basée sur l’instinct et les expériences individuelles car elle nécessite également, afin d’être robuste, une évaluation de la situation, des objectifs et des options potentielles qui ont peut-être changés.
+ L’avantage d’être minimalement structuré aide la cohésion des équipes lors de résolution de problèmes.
Les décisions de style «cowboy» finissent généralement par être retravaillées et nuisibles à l’organisation plutôt qu’être efficaces et rapides.
Les décisions impliquant de nombreuses ressources sont complexes et difficiles à gérer de manière appropriée.
+ En suivant un processus formel et un protocole, les parties prenantes travaillent ensemble pour trouver la meilleure décision possible.
Ne pas structurer des décisions complexes permet aux individus de s’appuyer sur leur propre perception et de préconiser une solution souvent sans évaluer l’étendue complète des options.
Selon le contexte, les décisions doivent parfois être prises de manière exécutive (consultation minimale ou inexistante), participatives (consultation prolongée), ou collective (décidées par le groupe).
+ Le bon niveau de processus, gouvernance et mentalité assure un travail collectif vers des décisions solides et judicieuses.
Une prise de décision non structurée affecte les coûts, la productivité, l’efficacité et l’excellence à long terme.

Sur les décisions

Qu’elle soit fait sur-le-champ ou complexe, les mêmes principes régissent toute prise de décision robuste.

Une prise de décision rapide ne devrait pas être uniquement basée sur l’instinct et les expériences individuelles car elle nécessite également, afin d’être robuste, une évaluation de la situation, des objectifs et des options potentielles qui ont peut-être changés.
+ L’avantage d’être minimalement structuré aide la cohésion des équipes lors de résolution de problèmes.
Les décisions de style «cowboy» finissent généralement par être retravaillées et nuisibles à l’organisation plutôt qu’être efficaces et rapides.
Les décisions impliquant de nombreuses ressources sont complexes et difficiles à gérer de manière appropriée.
+ En suivant un processus formel et un protocole, les parties prenantes travaillent ensemble pour trouver la meilleure décision possible.
Ne pas structurer des décisions complexes permet aux individus de s’appuyer sur leur propre perception et de préconiser une solution souvent sans évaluer l’étendue complète des options.
Selon le contexte, les décisions doivent parfois être prises de manière exécutive (consultation minimale ou inexistante), participatives (consultation prolongée), ou collective (décidées par le groupe).
+ Le bon niveau de processus, gouvernance et mentalité assure un travail collectif vers des décisions solides et judicieuses.
Une prise de décision non structurée affecte les coûts, la productivité, l’efficacité et l’excellence à long terme.



Contactez-nous


Téléphone (+1) 438.738.4114

Courriel info@systemed.io